Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lundi 27 octobre 2014,

Le jour commence tôt à Tana, et déjà la ville grouille de vie… J’aime ces matins ensoleillés
à Tana et savoir que nous allons commencer un projet un peu fou pour lequel nous
n’avons aucune expérience probante en la matière…Mais nous avons la motivation, l’envie
et le courage des débutants ! Nos avons décrété Jean Luc chef de chantier, et nous ses
commis !
Après un petit déjeuner à Mandrosoa, nous partons avec Gino au Village de Tanjondroa à
7h30. Une heure de route dans les embouteillages mais surtout la traversée de la
Décharge nous rend toujours silencieux et concentré… Ces 20 mn de route sur l’ancienne
route royale, devenue piste défoncée, faite de ornières creusées par les pluies et les
passages des camions bennes, de nids de poules monstrueux, le 4X4 d’Aéropartage nous
emmène dans cette banlieue rurale de Tana a à tout juste 15km de la capitale. Gino est un
chauffeur hors pair qui salue toutes les personnes qui croisent notre route… Sur la partie
la plus centrale de cette décharge une petite rue principale faite de cabanons de brique et
de
broque s’est construite, et hommes, femmes, enfants, bébés, poules, chiens, rats et autres
bestioles en tous genres s’affèrent sur les monticules fumants de cette décharge à ciel ouverte…
Nous avons pris l’habitude de fermer les fenêtres avant de traverser cette partie où les
mouches s’infiltrent par toutes les ouvertures possible du 4X4… Odeurs et fumées acres des
plastiques fumant nous prennent à la gorge et nous essayons tant bien que mal de retenir notre
respiration à chaque traversée.
Ce matin Gino nous propose de passer d’abord à l’Ecole Primaire pour faire la distribution des
KITS SANTE et de BLOUSES pour les nouveaux élèves… Nous arrivons dans l’enceinte de l’Ecole
baignée de lumière et commençons à décharger les cartons… Me Bertine, la directrice vient à
notre rencontre et nous commençons par sa classe…Arriver dans ces classes bondées de frimousses, toutes étonnées et ravies de voir des Vazahas venir les bras chargés de cartons, est toujours un moment intense de joie et
promet des instants chargés d’émotion.
Tous ces visages sont éblouissant de sourires et les enfants malgaches sont toujours aussi
attendrissant par leur
timidité, leur pudeur et
leur sourire si
accueillant.
Zaïra commence la
distribution des blouses,
sa joie se lit dans son
sourire et les échanges
de regards avec ces
enfants… Les regards
sont si toujours empreint
de gentillesse qui nous
font littéralement
craquer…
Nous passons ainsi de classes en classes, après des comptages et recomptages parfois un peu laborieux,
pour distribuer les kits aux bons élèves… Certains sont absents et nous confions alors les kits à leur
maitresses.
Les enfants sont sages et continuent à écrire leurs lettres de l’alphabet sur leurs ardoises avec leurs petits bouts de craie…Zaïra a été emporté par
une foule de petits
maternels en récréation
et je la surprends à jouer
avec eux, à les faire
compter et chanter à tue
tête des chansons
enfantines…
Elle est complètement
dans sn élément et
découvre cette joie
immense d’échanger ces
instants intenses
d’amour fraternel que nous découvrons dans ce genre de mission…
Tous ces enfants sont demandeurs de partage et d’apprentissage en tout genre…Leurs parents étant en « mode survie », ils travaillent dès l’aube sur la décharge ou au champ,
et ces enfants des villages alentours sont souvent livrés à eux même dès le matin. Certains partent tôt le matin à pied pour 45 mn de marche dans la campagne pour rejoindre
l’école…Chaque enfant à envie de se démarquer, certains sont plus timides que d’autres, plus calme que d’autres mais tous ont ce besoin de venir vers nous pour échanger…Distribution des kits santé maternelle…La maitresse sera en charge de mettre le dentifrice sur les brosses à dents…
Annick et Jean Luc participent à la distribution aussi, pendant que j’assure les photos.

C’est du pur bonheur !
Puis nous filons à la Maison de Vie pour découvrir enfin le lieu de notre travail…Le POTAGER est en contrebas de la maison de Vie, au pied de rizières. Le dénivelé vers le Potager nous
impressionne car rien n’est aménagé pour y accéder…
Je pressens que cette descente sera en soit déjà un exploit quotidien!!
C’est donc à coup de pelle et de machette que l’on nous fraye un chemin à travers broussailles et plantation et
à ma grande stupeur on nous confectionne des « marches de terre battue » dans cette terre rouge friable et
poussiéreuse…Comme il
se doit, les marches
sont gigantesques pour
nous pauvres Vazahas
des villes !
Arrivés en contrebas,
le cuisiner a déjà
débroussaillé une
bonne partie du
terrain, et nous
commençons à le
rejoindre avec les
outils de fortune
flambant neuf
acheté par
Aéropartage. Déjà le
soleil cogne, mais le cœur et
l’énergie d’un enthousiasme débordant nous mets à l’œuvre… Nous déblayons, ratissons, ramassons pierre et détritus en tout
genre avec nos gants de fortune !
A peine commencé que nous souffrons de la chaleur, et ne cessons de faire allée et venue à l’ombre des arbres, à boire de l’eau minérale, mais notre courage égal notre volonté
d’en découdre avec ce POTAGER que nous voulons mettre en place pour fournir à l’Ecole Primaire les compléments de légumes pour le nouveau programme de nutrition mise
en place par une nutritionniste malgache :Diversifier les repas du jeudi
avec des aliments différents.
Le cuisiner aura la charge et la
responsabilité d’entretenir
cette parcelle et les excédents
lui serviront à un petit
complément pour sa famille.
Accroupis sous le soleil, nous
bêchons, creusons, ramassons
et ne ménageons pas nos
efforts !
A y regarder de plus prêts, la
situation est cocasse, car de
mémoire de villageois, ils
n’ont jamais vu un malgache
faire travailler 4 Vazahas
(étrangers en malgache) de
façon si acharnés sur un lopin
de terre brulé par le soleil…
Zaïra transforme mon reportage photo en PHOTO BOMBING Au bout de quelques heures, l’appel du déjeuner se faisant sentir, nous décidons de remonter à la Maison de Vie pour manger le pique nique préparé par Anka la cuisinière de
notre chambre d’hôte ! Au menu salade/tomates/concombre et œuf dur, vinaigrette maison à l’échalote, pain et bananes…
Une pause bienvenue car nous n’avons pas démérité, mais déjà la remontée du dénivelé nous a achevés ! Nous remontons systématiquement avec tous les outils sur le dos et
je pense au dessin animé de Blanche Neige avec les 7 nains remontant de la mine en chantant « ahi, aho on rentre du boulot ! »
Cette pause nous fait réaliser que nous sommes déjà exténués de cette courte matinée à travailler aux champs ! Le terrain est sec et les détritus s’y amoncellent par strates dans
le sol et nous faisons « un tri sélectif » (c’est un bien grand mot !) qui sera brulé en contrebas…A a fin de ce repas nous rêvons d’un petit café expresso pour finir ce repas… Mais
sans électricité, Gino nous propose un café malgache (à la turque) … Idée Royale dans ce village du bout du monde !
Nous attendons donc ce breuvage avec impatience et lorsque nous prenons les tasses avec ce café noire, Jean Luc et Annick nous font comprendre par leur yeux écarquillés que
cela nous réveillerai un mort et que celui qui relève le défi de le boire pourrait descendre seul, finir le potager dans une grande excitation productrice jsuque tard dans la nuit ! Un moment de fou rire nous prend alors et c’est dans cet instant mémorable, que j’immortalise cette complicité que nous partageons et qui marquera cette journée
éreintante !
La preuve en images vous laissera imager l’ambiance du moment…Finalement, avec un
peu de sucre il fût très bon ce café! Mercii Gino !
L’envie soudaine de
faire une sieste
traverse nos
esprits et à
l’enthousiasme de
la matinée
succède un grand
moment de
fainéantise…
Les dortoirs
feraient bien
l’affaire, mais
dans un ultime
élan d’énergie nous reprenons nos outils et redescendons travailler le potager !
Des moments inoubliables qui nous font encore mourir de rire ! Photos collector ! Car travailler dans la bonne bonheur nous offre notre
quota de fou rire !L’’après midi est nettement moins productive malgré nos efforts intenses, nos encouragements et nos cris de victoire à chaque déracinement de souches profondément
enterrées dans le sol…
Gino crie victoire à chaque déracinement de souche et Zaïra nous fait la danse d AKA des valeureux
guerriers du Pacifique ! Nous devons nous rendre à l’évidence,
nos amis malgaches travaillent d’arrache pied (c’est le cas de
le dire !) et à la vitesse de l’éclair (malgache) comparé à nos
efforts et notre peine à la besogne !
Le trio des filles passent le plus de temps sous le manguier
pendant que Jean Luc, Gino, et le cuisinier s’attèle aux gros
œuvres !
Les commentaires d’encouragement vont bon train mais nous
devons nous rendre à l’évidence que le travail est titanesque
pour nos seuls petits bras et dos en compote après une
journée de travail… !
Nous décidons alors de parler à Gino de notre idée lumineuse de
Vazahas !
Car si nous ne voulons pas rester 6 mois de plus dans le village de
Tanjondroa et attendre la récolte en 2015, il nous faut du renfort ! Des
professionnels de la terre et leur outils, car en l’espace d’une matinée, nous avons cassé 1 râteau et une
pelle !
Nous faisons nos calculs en bons entrepreneurs de chantier et décidons de nommer le cuisinier
responsable en chef du recrutement de 4 ouvriers pour nous donner main forte…
Au regard du tarif journalier – repas compris – nous aurions presque pu embaucher le village entier,
pour 6000 Ariary par jour soit 2 euros de 7h30 à 16h00 ! Marché conclut ! Demain 4 renforts
seront à la tahce à nos coté ! Le reste de l’après midi se passe à la lenteur de nos possibilités MORA MORA,
sous un soleil de plomb, a encourager ceux ou celles qui s’attèlent à la tâche, tantôt un papier par ci, tantôt, des branchages par là…Nous faisons l’attraction du quartier et les enfants des rizières s’amusent à nous voir peiner comme des zébus sur ce sol brulé par le soleil !
Deux jeunes de passage tentent une approchent, intrigués par nos cris de victoire et nos fous rires, et se mettent à bêcher ! Nous les embauchons sur le champ et leur
proposons le deal… Ils seront donc de la partie dès le lendemain matin !
Le travail de l’après midi est nettement plus sous le signe de la farniente et de la dilettante…Mora Mora pour ANNICK et au tel pour Gino !
Nous repartons du village vers 16h00, exténuer, vermoulu et embuée de poussière rouge, nos visages rougis par la « Terracotta » locale de cette terre malgache…Nous laissons le terrain défriché de ces broussailles, de ces souches et arbres fruitiers abattus, et
tous les détritus entassés sur et dans le sol après des années d’abandon du terrain…
Le retour en voiture par le passage obligée de la Décharge se fait en silence, et achève notre
résistance à l’effort, Jean Luc a fait un mouvement de trop est bloqué et les courbatures et
articulations se rappellent à nous durant les 25 mn de 4X4 en piste qui nous ramène vers le
goudron de Tana.
Le retour a la Maison d’hôte nous apporte réconfort et soulagement… A peine arrivée nous
enlevons nous habits plein de poussière et de sueur pour plonger dans la piscine… je me fais
quelques longueurs salvatrices avant de me détendre. Nous sommes contents de nos exploits et
décidons que notre seconde journée commencera à 8h00 …
Cette journée nous a apporté tant de joie et de fous rires que nous sommes prêts pour une
deuxième journée aux cotés de nos renforts malgaches…
Mardi 28 octobre 2014 : Les douze travaux des Vazahas !
Nous revoici roulant toutes fenêtres ouvertes vers le village de Tanjondroa, nous
achetons en chemin, banane et pain baguette. Nous passons devant la Digue,
marché de boutiques d’artisans pour touristes…Les petites échoppes sont encore
fermés et nous bifurquons sr la piste quelques minutes après e direction du
village…Au loin la Décharge fume déjà… Les familles sont déjà sur les ordures et
nous les saluons à chaque passage
Nous reconnaissons quelques enfants de l’Ecole Primaire et comme à l’habitude
nous fermons les fenêtres pour échapper aux mouches « envahisseuses » !
Arrivées à la Maison de Vie, notre énergie peine à se mobiliser, nous filons voir du
haut de la terrasse l’avancement de nos ouvriers recrutés et c’est devant une
stupéfaction non dissimulée que nous constatons leur travaux depuis 7h30 du
matin…
4 trous d’un mètre carré s’alignent dans une terre rouge labourée…Ils s’affèrent
avec une force herculéenne avec pelle et pioche dans de profonds trous béants…
Il fait déjà très chaud et cela nous ravi… Nous nous demandons alors ce que allons
bien pouvoir ajouter en plus value devant un tel avancement ! Nous descendons donc à la rencontre de nos nouveaux amis pour les féliciter du travail déjà accomplis et commençons à enfiler nos gants de fortune de chirurgiens, pour manier la pelle et le
râteau…
Près du compost les poules et leurs poussins s’affèrent à découvrir les petits insectes et verres dans cette nouvelle terre labourée, devenue leur garde manger. Nos recrus sont
vaillants et travaillent à une vitesse qui nous stupéfait ! Ils nous demandent si ils peuvent faire une pause café et nous leur donnons un peu de sus pour leur pause syndicale bien
méritée… !
Jean Luc donne les instructions déblaiement pour créé une tranchée de canalisation des eaux en cas de pluies et crues, et nous mettons les deux jeunes adolescents à la tâche
pour débroussailler le terrain …Nous y découvrons au fur et à mesure des poubelles en tous genres, entassés par couches dans la terre et nous nous transformons en
ramasseurs de poubelles… Un vrai dépotoir !Ca travail dur, nous nivelons la terre et cassons les mottes de terre… Pendant que Jean Luc et les jeunes adolescents défrichent le terrain de la canalisation des eaux…Nous prenons notre heure de déjeuner à la Maison de Vie dans la salle à manger face à la campagne malgache…Nous descendons sur le chantier Potager avec l’énergie de
derniers condamnés, pour reprendre une après midi de
travail, Annick se préparant pour travailler sur la
déchetterie par le ramassage des ordures aux cotés des
poules et de leurs marmailles…
Le retour se fera encore dans un silence religieux, avec
quelques photos de frimousses d’enfants que nous
commençons à mieux connaitre… Demain mercredi repos,
pour la joie non dissimulée de nos valeureux vazahas !
Nous sommes heureux de l’avancement du chantier,
libérons nous vaillants compagnons d’infortune après leur
avoir donné rétributions et félicitations pour les travaux accomplis ! Les visages de ces enfants croisés au détours de
Tanjondroa sont notre récompense chaque jour et partagons avec vous ces inoubliables moments !

Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager
Tana Report nov 14 Preparation du Potager

Partager cet article

Repost 0